J’aimais son odeur de veuve
Perversement en habit noir
Sa raide façon de déchoir
Son mépris cinglant de l’épreuve

Elle affectionnait Sainte-Beuve
Joseph Delorme dans le soir
Psalmodié près de l’ostensoir
Dans sa chambre à Louvain-la-Neuve

Un Christ mal nourri la guignait
Chiquement drapée ou bien nue
Indifférente à mes airs niais

Et quand montait l’effarement
Je fuyais vers la grise nue
Par dégoût altier du moment

8. Sainte-Beuve

Elle moulait son petit cul
Dans un short dont la fermeture
Un peu l’agaçait l’aventure
À compter écu sur écu

Se promettait nulle un vécu
Moche à servir glace ou biture
À des cohortes de roulures
Ensemble mioches et cocus

Elle se touchait l’aréole
Fière abondamment de ses seins
Captifs bientôt d’un Calvin Klein

Sous un t-shirt trop large et blanc
L’impudique sagouin Éole
Viendrait souffler son rire franc

7. Serveuse

Je travaille ma finitude
Un objectif quoi ou raison
Belle d’achever la saison
Sans par coeur apprendre Paludes

Je travaille mon hébétude
Un coma privé de poison
Chat caressé sur le gazon
Duvel sur Duvel à Dixmude

Je ne serai jamais soldat
Au fond guère mieux qu’un touriste
Comptable de ses menus pas

Loin du bruissement des terriens
Des luikse wafels plébéiens
Se mouvant vers la vague triste

6. Dixmude

Non mais quel ton il prend quel homme
À déclamer étrangetés
En vers vieilles sapidités
Russo-teutonnes sur nos pommes !

Il se croit faut croire surhomme
Fougueux cuistre vitaminé
En toutes langues au René
Armand François Sully Prudhomme

Ou à d’autres bardes parfois
Hommes sans dieu hommes de foi
Et princes des temps malhabiles

Néo-Tarkos avec sébiles
Mendiants du verbe sans recours
Hormis chansons qui n’ont plus cours

5. Vieux maître

La radio diffusait Bruel
Ce qui bien sûr poussait au crime
Au moins se venger à la rime
Et lui coller un Buñuel

Le moment était factuel
Et devait conduire à la cime
Sans écot facture ni dîme
Commerce nul dans Wasmuël

C’était une courte Odyssée
Pour ma queue rarement sucée
Dans sa bouche tout l’univers

Connu battu et parcouru
Et ma liqueur joyeux travers
Glorieux spasme du dernier ru

4. Wasmuël

Elle aimait rester en culotte
Éminemment banale Dim
Je parlais de Roger Vadim
Elle disait c’est sans capote

Que j’aime en moi ton jet de flotte
Tu ne risques pas l’alastrim
Platement virait mon denim
Et ma référence vieillotte

Si tu veux t’enfler l’intellect
Récite-moi un Amerloque
Un buveur baiseur sans défroque

Ou si tu l’oses sois sélect
Rimbe mineur sans érythème
Sonne l’heure de ta bohème

3. Caprice

Son cul est le miroir du monde
Parce qu’il a droit de cité
À voix haute ou en aparté
Par sagesse grande ou par fronde

La grâce d’une esquisse ronde
Lui confère ample dignité
Et le goût de salinité
Sous les fesses rappelle l’onde

Une ligne est son seul reflet
Entre n’importe où et Termonde
(Marcel Thiry dirait Roermonde)

Portrait fallacieux incomplet
Bancal mais qui la justifie
De chair à mots de mort à vie

2. Art

Il fallait bien en passer par
Là méditer la grande forme
Afin d’arriver quelque part
Dans un néant où nul ne dorme

Il fallait de discrets écarts
Loin du chacal et loin de l’orme
Les nippes les futals épars
Pour qu’un peu de rêve se forme

Nul pavé battu nul arpent
Nul emblème des capitales
Nul détour du chemin ardent

Aucune aigreur dans la diction
Aucune peur ni rétention
Des goûteuses humeurs fatales

1. In Principio